Yannick Bestaven

« Marin solitaire et citoyen solidaire »

Étiez-vous sensible à la cause du Don d’Organes initialement ?

Sensible à la cause, je ne l’étais pas, car je ne m’étais pas posé la question. Depuis, je m’en suis posé beaucoup ! J’en ai parlé autour de moi et j’ai pris conscience de l’importance de communiquer sur le sujet.

Vous menez une vie pour le moins trépidante, que cela signifie-t-il à vos yeux d’apporter votre soutien à cette campagne de sensibilisation au Don d’Organes ?

Je fais de la course au large en solitaire, c’est une démarche particulière. À terre je prépare les courses avec mon équipe, nous vivons à « 100 à l’heure » puis je me retrouve seul en mer, concentré sur mes objectifs, un peu coupé du reste. Pour cette cause là j’ai pris le temps. De marin solitaire je deviens citoyen solidaire.

Découvrez les autres Parrains...